Le Livre des ciels

tryplivre

En cours de création… Rendez-vous le 6 novembre 2019 au Lavoir Moderne Parisien…

Le Livre des Ciels. Un livre de Leslie Kaplan. Mise en scène : Philippe Penguy. Distribution : Isabelle Fournier, Jessica Rivière, Agnès Valentin, Denis Zaidman (musicien). Lumières : Vincent Tudoce. Réalisation tissu de scène : Marie-Hélène Repetto. Photos : Peggy Riess. Production compagnie Cyclone. Ce spectacle est soutenu par la SPEDIDAM et l’ADAMI, ainsi que par les villes de Coulommiers, Meung-sur-Loire et Gonesse.

LE_LIVRE_DES_CIELS_AFFICHE_A3_2_WEB

DSC_0381

Ce spectacle pourra se décliner sous deux formes :

La forme pour le théâtre, incluant toute la scénographie, la vidéo et la lumière : dossier livre – plateau

La petite forme, destinée aux bibliothèques ou aux espaces non équipés, pour une petite jauge : dossier livre – petite forme

Avec le soutien de Leslie Kaplan, du théâtre de Coulommiers, du collectif 77, du théâtre La Fabrique à Meung-sur-Loire, de la ville de Gonesse, du Lavoir Moderne Parisien. Le Livre des ciels est paru chez P.O.L en 1983.

product_9782867440007_195x320

Résumé : C’est une histoire d’hier qui se raconte au présent. C’est une histoire d’aujourd’hui. Au début, c’est comme un plan-séquence qui décrit lieux et personnes, constructions et paysages. Trois femmes nous racontent. Et c’est par leurs voix que nous entrons dans ces vies faites de trajets, d’embauches successives, de visites médicales, de moments intimes, graves ou joyeux. La musique les accompagne parfois, souvent. C’est le quotidien de leurs vies à et en dehors de l’usine, et l’acuité de leurs observations nous lance à la rencontre des êtres qu’elles rencontrent, des ciels qu’elles aperçoivent depuis la fenêtre du train. Et surtout elles se parlent. Parler parfois simplement pour parler, sans forcément tout expliquer. Leurs mots ne racontent que leurs actes, leurs sensations. Elles ne font pas de psychologie, ne se livrent pas à une psychanalyse sauvage les unes des autres comme on le voit souvent.

DSC00890

Et c’est là, justement, que se dessine en creux la hideuse et sournoise domination du système capitaliste. C’est là, aussi, que se devine la lutte de ces femmes pour vivre, envers et contre tout, une vie digne. Une vie où l’argent manque, mais où le plaisir existe, qu’il soit fait de joies quotidiennes comme un apéritif ou une soirée passée à faire l’amour. Une vie où ces femmes doivent se battre si elles veulent être libres, contre le système, contre la domination masculine aussi. Car il s’agit aussi d’une histoire d’amour. Passionnelle. Charnelle.

DSC08781

Il est là, celui qui fait battre le cœur par son regard insolent, sa nonchalance et sa démarche balancée. Il existe même s’il n’a pas de nom, lui, pas plus qu’elle d’ailleurs. Il y a sa révolte et ses cris, il arrache les pages des livres et renverse les tables, il cherche le corps et le trouve, sous les draps mal ajustés d’un été trop chaud. Il y a la vie partagée dans le meublé trop étroit, au son de la musique lorsqu’on se laisse aller à la fête. Et puis aussi, in fine, la liberté de femme. Qui ne va pas de soi. Qui s’affirme. Partir quand les coups remplacent les caresses. C’est une histoire de libertés au pluriel. Dans un monde où l’infinité des cieux sera toujours là. C’est le Livre des Ciels.

DSC08892

 

 

 

Journées du Connétable

tryprenaissance

7 et 8 octobre 2017 : Sur un week-end, à l’occasion des 40 ans du Musée National de la Renaissance, situé au château d’Ecouen, La compagnie Cyclone a investi la cour pour y restituer l’ambiance d’une salle d’Armes au XVIème siècle. Sous la conduite d’un Maître d’Armes et de prévôts, on y apprit à tirer à l’épée et au poignard, au bâton à 2 bouts, qui sert d’arme d’entrainement pour la hallebarde.

Phot 3

Phot 6

Notre ambition est de travailler d’après les traités d’escrime de l’époque, en abordant cette transition subtile entre les armes héritées du Moyen-âge et l’escrime qui se met en place progressivement sous l’influence italienne.

leçon 16ème siècle

Nous nous appuyons entre autres sur les traités de Marrozzo (Bologne, 1536. On y voit en bonne place l’étude du poignard, celle de l’épée à deux mains et de l’escrime à deux armes) et d’Henry de Sainct-Didier, premier traité d’escrime en français datant de 1573 et traitant de l’épée seule.

Phot1

Le connétable Henry de Montmorency, l’époque du roi Henri II, marquent bien cette charnière qui intervient dans le monde des Armes au milieu du 16ème siècle. Cette salle d’Armes à ciel ouvert, mais qui peut tout autant se dérouler en intérieur, nous permet d’avoir une approche pédagogique vis-à-vis du public. Dans ce cadre, nous pouvons par exemple nous pencher sur le duel fameux Jarnac/La Chataigneraie, autorisé par Henri II au début de son règne.

Phot 5

Maître d’Armes : Philippe Penguy. Avec le concours de l’U.S.I. Escrime et de l’association Fortuna. Costumes Marie-Hélène Repetto.

affiche déf

Isabelle Fournier

Phot Isabelle Fournier
Isabelle Fournier – Comédienne

Hypokhâgne puis deux khâgnes, licence de philosophie et DEA lettres et arts… C’est l’horreur à prendre des notes à ses lectures et le fantasme d’apprendre par cœur les livres qui lui font prendre conscience de son urgence à prononcer, à dire, à porter ce qu’elle aime comme offrande, c’est à dire de manière vivante; la brûle de faire vibrer ce verbe tant chéri! Le théâtre la ravit dans sa main de géant, s’imposant comme un vaste champ d’essai où vivre de manière plus incarnée, c’est à dire plus riche, plus présente ces objets d’étude: telle est la révélation de son entrée à l’Atelier International de Théâtre, où elle rencontre Marie-Louise Bondy-Bischofberger pour la création de Juana la loca à la MC93, puis Luc Bondy pour la reprise de Salomé de Strauss au Théâtre musical du Châtelet. Suivent notamment Femmmes de Christian Rullier, Rives secrètes d’Anaïs Nin, Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part d’Anna Gavalda, Les Révoltés de Treblinka mis en scène par Pascale Maigre-Peuvrel. En Corse se découvre le plein air avec Incendies de Wajdi Mouawad mis en scène par Alain Batis. Ludovic Longelin lui confie la toute première prononciation et mise en espace de sa pièce en cours d’écriture L’orée des ruines lors de l’hommage qui lui est rendu au Théâtre de l’Epée de bois. De là s’élance une odyssée de créations variées rassemblées par la poésie: c’est d’abord la mise en lecture à deux voix de L’Hécatombe à Diane d’Agrippa d’Aubigné reçue dans les châteaux d’Anet, de Fontainebleau, de Saint-Germain-en-Laye, d’Asnières, de Nérac, de la Batie d’Urfé mais aussi à l’Arsenal, au Musée départemental de l’Oise et à la Bibliothèque Forney. Puis une invitation à ouvrir un colloque des Archives nationales consacré à Cadix lui fait prononcer en solo à l’Hôtel de Soubise une Lettre de Daubenton père à son fils, une carte blanche de la Galerie du Buisson lui fait dire Le théâtre et son double d’Artaud, le château d’Asnières accueille Ainsi parla le devin Marquis lors de la Nuit blanche 2013. En 2014 au Château des Ormes les « Feuillets d’Eupalinos » et l’Abbaye de Royaumont accueille en résidence la création du concert-spectacle Le silence est d’ART dernièrement donné à la BNF en hommage à Jankélévitch, tandis que Les Guerrières de la Paix de Monique Surel-Tupin la conduisent au sein d’un chœur battant à travers la France et jusqu’au Canada. Par ailleurs, Régis Hébraud lui confie l’enregistrement de Gradiva-western commandé par la Cinémathèque française puis de ciné-poèmes en éloge à Raymonde Carasco.

Elle participe au travail de recherche de la compagnie Cyclone sur Le livre des Ciels, de Leslie Kaplan, et sera sur scène en 2019 pour la création de ce projet dirigé par Philippe Penguy.

Le musée de la Résistance à Limoges

tryplimoges

« D’une guerre l’autre, paroles de Français dans la tourmente », spectacle créé par la compagnie en 2014, a été choisi par le Musée de la Résistance de Limoges pour La nuit Européenne des Musées en mai 2017.

AFFICHE_40X60

2 représentations exceptionnelles dans le magnifique auditorium du musée, le samedi 20 mai 2017, à guichet fermé. Des échanges fructueux après les représentations, avec les spectateurs désireux de rencontrer l’équipe artistique, Philippe Penguy, Agnès Valentin, Jean-Michel Deliers et Denis Zaidman.

Espace CITE gradins (4)

D’une guerre l’autre, paroles de Français dans la tourmente : une production Compagnie Cyclone, avec l’aide des villes de Vitré, Gonesse, de la SPEDIDAM et le soutien de Mme Rachel Jedinak, de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation et du Rectorat de Paris.

Espace CITE interieur 20111014 (2)

Ce spectacle a vu le jour en septembre 2014. Il a été représenté à Lyon, Noisy-le-Grand, Paris (théâtre de Ménilmontant, théâtre de la Reine Blanche), Emerainville, Gonesse, Le Thillay, Limoges, Coulommiers…

Programmateurs qui souhaitez accueillir ce spectacle, vous pouvez consulter la page qui lui est consacrée, et télécharger le dossier en cliquant sur ce lien : D’une guerre l’autre, paroles de Français dans la tourmente

Vitré

Tryptvitré

C’est toujours avec une émotion particulière que la compagnie Cyclone va travailler, créer, rêver dans la jolie cité bretonne. A la suite des liens créés par son directeur artistique au début des années 2000, la compagnie est allée de nombreuses fois y présenter ses spectacles.

Le roi Arthur tout d’abord, en 2003, au théâtre municipal. Pour en savoir plus sur ce spectacle , cliquez sur le lien : Le roi Arthur

Le millénaire de la ville de Vitré, en décembre 2008. Un week-end d’animations de rue ainsi que dans la cour du château, réunissant une vingtaine d’artistes, comédiens, circassiens, musiciens, escrimeurs et cavaliers. Une fois de plus notre concept Un Jour au Moyen-Age était mis en valeur. Une belle occasion à partager avec nos amis de l’association Fortuna. Ce fut également l’occasion de présenter en avant-première notre spectacle Jeune Public Mélisande et le père Noël. Pour en savoir plus sur ce conte de Noël mis en musique et théâtralisé, cliquez sur le lien : Mélisande et le père Noël.

Pour en savoir plus sur nos animations médiévales, cliquez sur le lien : Un jour au Moyen-Age

Résidence de création pour toute l’équipe de Macbeth en juillet 2012, avant de revenir présenter ce spectacle en décembre de la même année au Centre Culturel Jacques Duhamel.

Macbeth vitré anne
(c)2012. Stefania Iemmi.

Résidence de création également en juillet 2014 pour la création de notre spectacle théâtral et musical sur les deux Guerres Mondiales : D’une guerre l’autre, paroles de Français dans la tourmente

_SIE6048
(c) 2015. Stefania Iemmi.

 

Joutes verbales, joutes musicales

trypnocturnes

Trois lectures musicales en marche conçues pour Les Nocturnes du Musée de l’Armée en 2011. La première pour le département Ancien, la seconde pour le département Moderne, la troisième pour le département des Deux Guerres Mondiales. Devant la curiosité suscitée par ces formes originales, certaines ont été reprises de manière plus classique, notamment à la Bibliothèque Historique de la ville de Paris, à la Villa Cathala de Noisy-le-Grand, dans les bibliothèques Oscar Wilde et Vaclav Havel de la ville de Paris.

Trois propositions littéraires et musicales – Production compagnie Cyclone, montage des textes Agnès Valentin, mise en espace Philippe Penguy, mise en musique Jean-Michel Deliers et Denis Zaidman. Avec le soutien du Musée de l’Armée, Hôtel National des Invalides.

phot bhvp
(c) Stefania Iemmi – Salle de lecture de la B.H.V.P

Marie-Hélène Repetto

MH Repetto
Marie-Hélène Repetto – Costumière

Elle a appris à coudre, broder et crocheter dès 7 ans et cousait à la machine à 10 ans. Elle a toujours aimé dessiner et donner vie à son « imaginaire textile ».

Toucher les matières, mélanger les textures, donner du volume, ennoblir les textiles la passionne.

A l’issue de ses études aux Beaux-Arts de Marseille (1981-1986) et plusieurs  stages à l’Opéra de Marseille et de Nice, ainsi qu’au Théâtre National de Marseille, en tant qu’artiste plasticienne, elle se spécialise dans le costume de scène et les accessoires dans divers ateliers dont celui de Geneviève  Sevin.

En 1986, elle est engagée au TNM la Criée comme accessoiriste et habilleuse (Question de Géographie-Maréchal, Marina Vlady/Thierry Fortineau,  La femme du boulanger– Savary, Capitaine Fracasse-Maréchal). Elle rencontre le costumier Patrice Cauchetier, créateur des costumes du Capitaine Fracasse et a la chance de rencontrer, en 1988, Josef Svoboda, scénographe de la Tétralogie de Wagner aux Chorégies d’Orange. Tous deux  l’encouragent à continuer dans son travail de costumière. Parallèlement à son travail au TNM, elle est assistante costumière sur  le Songe d’une nuit  d’été  de Shakespeare par  la Cie Temporalia joué au Château d’If  en 1987.

Lorsqu’en 1987, Jacques Angéniol (décorateur de Marcel Maréchal) lui confie la création des costumes d’Un Tramway nommé Désir par la Cie Blaguebolle au Théâtre de la Minoterie, elle peut affirmer son style, à la fois contemporain et poétique. Elle sera également en 1988, habilleuse sur les spectacles de danse de Maguy Marin ou Prejlocaj.

En 1989, elle monte à Paris où elle  travaille comme artiste plasticienne et costumière.  Elle est engagée par Jean de Mouy, directeur de  la maison Patou pour son travail de dessin-collage. Elle admire les premiers collages de Christian Lacroix et son travail pour le théâtre ou l’opéra. Elle réalise également pour la maison Van Cleef et Arpel, des dessins -collages sur le thème de la danse.

Parallèlement, elle réalise des costumes originaux sur commandes.

Depuis 2009, elle réalise des costumes historiques XVIème, XVIIème et XVIIIème pour des escrimeurs de spectacle et la Cie Cyclone: Nuit des Musées et journées du Patrimoine Invalides-Muséoparc d’Alésia. Elle travaille régulièrement  à l’habillage, la réalisation et la restauration de costumes sur des événements historiques à Fontainebleau ou Compiègne pour la Cie Acta Fabula.

En 2011, Philippe Penguy de la Cie Cyclone  lui confie la création des costumes de son Macbeth de Shakespeare (création en sept. 2012). Depuis, elle travaille régulièrement sur les créations de la Cie Cyclone : Mélisande et le Père Noel, D’une guerre  l’autre, paroles de Français dans la tourmente.

A partir de 2015, le metteur en scène et clown Fred Robbe du Théâtre du Faune, fait appel à elle pour  travailler sur des pièces de costumes du spectacle  Le titre est dans le coffre  (Festival d’Avignon-2015-2016-2017) et sur  des accessoires vestimentaires pour  le Cabaret des OFFF.

En 2016, elle dessine et réalise les costumes des 4 comédiens de  La Née Lumière  de Didier Boulle et Anne Rougée pour la Comédie des Ondes. En 2016, elle crée les costumes du Chevalier d’Eon pour le spectacle  Le Chevalier St Georges  de Rémy Jules pour la  danseuse baroque Elyse Pasquier. Il s’agira d’une évocation du XVIIIème siècle au travers de la danse baroque. Récemment, en mars 2017, elle réalise les costumes du spectacle Julie de Maupin, de Quartier Lyrique et Fortuna mêlant musique, théâtre et escrime. La Création a lieu  le 8 mars 2017.

Elle travaille actuellement, sur le nouveau spectacle des clowns du OFFF sur le thème des Mousquetaires. Elle fait également des recherches pour la réalisation de costumes historiques XVIème, pour une présentation  d’escrime d’époque avec la compagnie Cyclone au Musée National de la Renaissance à Ecouen.

Elle réalise l’élément scénographique pour Le Livre des Ciels, de Leslie Kaplan, dans une mise en scène de Philippe Penguy, spectacle qui verra le jour en novembre 2019.